LA DÉMARCHE AMONT

La nom de « démarche de l’amont » repose sur quelques attentions et une intention.

Les attentions sont celles de :

  • démystifier le concept de la maladie ;
  • comprendre que ce qu’on appelle la maladie est avant tout une réaction, dont il importe de comprendre la ou les causes ;
  • percevoir que l’organisme vit des variations au gré de ce à quoi il est exposé, et qu’il est en mesure de s’auto-réguler ;
  • tient à la manière d’aborder la réalité, que ce soit les symptômes, les difficultés de vie ou le mal-être. La question est d’ailleurs une des clés de la démarche : Qu’est-ce qui fait que…? Alors, il est possible de s’intérioriser, d’entrevoir sa responsabilité dans la présente situation, de comprendre l’origine intérieure à ce phénomène extérieur.
  • le temps permet, bien souvent, de régler à lui-seul, bon nombre de problème
sergefitzphoto
Serge Fitz, chez lui, à Ste Colombe sur l’Hers (11)

En situation de stress, de pathologie, de symptôme, le regard sur « ce qu’il se passe » est fondamental pour le vécu et les répercutions psychologiques. En effet, on a tendance à croire qu’un symptôme est un signe de « maladie ». Or, si l’on se place en amont de ce symptôme, il y a la personne qui par son corps exprime, manifeste un besoin, une difficulté. Le symptôme n’est donc pas une mauvaise nouvelle en soi, mais plutôt une aide, qui permet de se recentrer, de changer de direction, de modifier son rapport à soi-même. Ainsi, la vie suit son cours…

Au lieu de cela, si l’on considère le symptôme comme quelque chose à éliminer, la personne se retrouve privée du cadeau qu’il constitue, en plaçant qui plus est la personne à l’extérieur de sa problématique. Éliminer un symptôme extérieur sans compréhension intérieure revient à ne pas vouloir constater que son véhicule n’a plus d’essence. Et quand la panne sèche arrive…

Quant à l’intention, elle situe dans une position qu’on peut qualifier de Tao et qu’un titre de ses livres résume bien : « Ni soigner, ni guérir, mais rencontrer l’être ».

L’intention est donc avant tout humaine, spirituelle et humaine, et vise à créer les conditions d’une parole et d’une relation à et aux autres vraies.

Se rencontrer pour rencontrer l’autre.

Publicités